fbpx

Shooting

Vous vous demandez comment se déroule un shooting?

Dans un article précédent je vous racontais comment j’en suis arrivée à penser ce shooting en collaboration avec Marielle Maury. Ici, nous allons rentrer dans le vif du sujet, mais attention, il ne s’agit que de mon expérience! Les séances photos sont très différentes d’un pro à l’autre et ce que je vais vous raconter là est propre à ma manière de travailler et ma volonté n’est pas de vous conseiller à faire comme moi, simplement de vous montrer ce qui est possible.

Oui, vous allez découvrir comment ça se passe avant et pendant un shooting

La collection finie, je voulais un univers surréaliste, minéral voire désertique qui contrasterait avec le thème de la collection: les pivoines, leur opulence, leur feuillage.

J’avais déjà une petite idée en tête pour le lieu, rien de fixé mais ça donnait déjà un axe de recherche. Des couleurs: ocre, sable, gris ou terra cota.

Une contrainte: le budget serré car il ne faut pas oublier que nous étions à peine sortis du 2e confinement. La crise avait vraiment mis à mal notre travail, nos ventes, surtout pour Marielle qui a vu une saison de mariage s’arrêter avant même d’avoir commencé.

Préparer un shooting

Il faut savoir que je n’ai pas de formation de directrice artistique, hormis ma formation de designer textile, mes seuls bagages sont mes expériences, mes apprentissages et mes observations depuis des années.

En spécialiste de l’autodidaxie je suis curieuse, je tâtonne et des fois je me trompe, mais pour chaque obstacle créatif, je cherche une solution à ma portée assez satisfaisante pour passer à l’obstacle suivant. Des fois le système D ne suffit pas, alors je questionne, me renseigne pour arriver à mes fins!

Le besoin de ne dépendre de personne est grand mais surtout l’envie d’apprendre est immense. Même si j’avoue que souvent c’est la flemme ou le manque de motivation qui me permettent de solutionner le problème, haha.

En général, mon esprit bouillonne tellement que passer à autre chose s’avère très compliqué!

 

 

 

Le moodboard, comment faire un moodboard pour un shooting

Comme je vous le disais, je ne suis pas directrice artistique mais ce shooting n’est pas mon premier, j’ai eu quelques petites expériences de ça par le passé.

Pour mes premières collections, il a fallu que je me remémore mes stages dans des grandes maisons de couture, que j’observe ici et là comment les créateurs procédaient afin de faire pareil.

Mes premiers shootings personnels n’étaient pas forcément bien préparés, je m’en remettais surtout aux photographes, leur faisant entièrement confiance pour recréer un univers que je leur aurais décrit, avec des bribes de recherches visuelles. Rien de précis et surtout freestyle total!

Quid d’Insta et Pinterest ? oh mais je parle de cela il y a encore 6 ans, nous n’avions pas comme aujourd’hui, autant la pratique et la connaissance de ces outils! Et je ne vous dis pas comment mon esprit fonctionne et à quel point c’est dur pour moi de travailler de manière conventionnelle… ce sera le sujet d’un autre article 😉

C’est sûr qu’avec un peu plus d’expérience et les évolutions technologiques aidant, Instagram mais surtout Pinterest m’ont été d’une aide précieuse dans la compilation d’idées. Me faisant gagner un temps fou car sinon c’est feuilletage et découpage de magazines pendant des heures pour trouver les visuels.

Le moodboard de cette dernière collection pré-établi sur Pinterest, j’ai pu argumenter auprès de Marielle et ça tombait vraiment bien car nous avions les mêmes envies à quelques détails prés. Grâce à elle, le shooting n’a pas pris une tournure bohème car j’étais un peu partie dans cette direction sans m’en rendre compte.

Une vague idée de lieu dans notre région, nous visualisions déjà le genre de poses ou de prises de vues que nous voulions pour ce shooting en commun. Mais ce n’est pas tout, il faut penser à la photographe, au modèle, au maquillage et à la coiffure!

 

 

Contacter les prestataires et intervenants pour le shooting

Au gré de mes recherches et sachant un peu quelle direction esthétique donner à la séance, j’ai fait une liste d’intervenant(e)s avec qui je souhaitais travailler.

Un point qui me semble intéressant de préciser: Le choix des prestataires est très important, il ne faut pas négliger cet aspect. À mon sens, peu importe les raisons, vous pouvez décider de rogner sur certaines prestations mais cela veut dire que vous devez assurer sur les autres aspects pour compenser.

Le budget est le point critique dans le shooting. Si vous n’avez pas un gros budget, tout doit être pensé pour que cela ne se répercute pas sur la qualité des photos finales. Le résultat d’un shooting peut être magnifique avec zéro budget, alors chaque détail doit être pensé et surtout vous devez vous creuser 2x plus les méninges pour que le résultat soit à la hauteur de vos attentes: système D, retouches, tricher sur les cadrages etc…

Si vous avez un petit ou moyen budget, vous devez alors identifier les points qui vous importent le plus: le lieu? la/le photographe? la/le modèle etc… puis axer vos recherches selon le degré d’importance. Vous allez certainement vite vous rendre compte que vous ne pouvez pas viser la photographe en vogue, vous allez plutôt vous orienter vers des prestataires qui vous plaisent en fonction de votre budget. Surtout, restez réaliste dans votre projet (même si vous avez le droit -et le devoir- de rêver grand! c’est là que vous pourrez vous surpasser!)

Pour ma part, j’ai commencé par des shootings mini budget. Avec le temps, les exigences et l’oeil qui s’affine aussi, je peux dire que certains détails sur mes anciens shootings auraient largement pu être améliorés! Mais voilà, j’ai fait ce que j’ai pu.

Ce dernier shooting représente ce que j’ai pu réaliser avec le budget que j’avais. Dans quelques saisons je verrai sûrement toutes les choses que j’aurais pu faire en mieux et ainsi de suite.

 

Choisir  la/le photographe pour son shooting

Pilier de la séance, le choix de la/le photographe est primordial. C’est son oeil et son talent qui vont donner la dynamique au résultat. J’ai pris le temps de regarder chaque univers de chaque photographe qui m’inspirait. Puis j’ai affiné en fonction de leur accessibilité (quels sont ses tarifs si ils sont indiqués sur son site, elle/il habite-t-il dans la région? sinon cela implique de payer le déplacement, logement si besoin etc…).

Ensuite vient la prise de contact, où je dois être la plus honnête possible. Parler de budget le plus tôt possible pour ne pas perdre de temps, parler du projet dans les grandes lignes etc..

Nous avions choisi Anne Delamarre car elle a déjà travaillé avec Marielle. Bien que je n’étais au départ pas plus sensible que ça à son travail, en explorant son 2e compte instagram et son pinterest (d’où l’importance de tout regarder!) je suis tombée sous le charme de ses photos. En plus elle avait déjà fait un shooting dans un environnement similaire à celui que nous voulions, elle connaissait donc les contraintes et avantages du lieu.

 

 

Choix de la modèle pour son shooting

Elle est le visage qui va illustrer l’histoire que nous voulions chacune raconter avec nos collections. Incarnant le personnage central du shooting, elle doit évidemment correspondre à ce que nous projetions pour nos produits.

La tâche est assez difficile car je vous rappelle notre contrainte de budget. Trouver la bonne personne, dans la région (toujours pour s’éviter d’engager des frais de déplacement etc et autant faire local si possible), qu’elle soit disponible et accepte le projet n’est pas toujours mince affaire. Notre choix s’est porté sur Mélissa qui a de suite dit oui et qui incarne à merveille Paiône, la guérisseuse de mon histoire.

 

Choix de la maquilleuse coiffeuse

J’étais carrément prête à rogner sur le budget maquillage et coiffure – l’ayant toujours fait jusqu’à présent – et Marielle a fini par me convaincre que c’était quand même mieux. Pour tout vous dire, c’est une décision que je ne regrette pas du tout tant le résultat fait plus “pro”.

Bon, il ne restait plus qu’à bien la choisir aussi!  Nous voulions un maquillage discret et léger type nude pour ne pas qu’il prenne le dessus et qu’il s’adapte à toutes les tenues de Marielle. Après quelques prospections, nous avons choisi Anaïs Faure pour la qualité de son travail et aussi car elle propose aussi le coiffage.

Eh oui, toujours une histoire de budget… En général pour un shooting complet, on choisit de faire venir une maquilleuse et/ou coiffeuse pour toute sa durée. Ce professionnel fait ainsi les retouches maquillage ou coiffure pour que le rendu soit toujours au top. Nous avions donc choisi pour ne pas exploser les frais, de faire appel à elle seulement avant la séance, puis adapter les coiffures et retouches maquillage nous même au besoin. Cela tombait bien car de toutes façons elle avait beaucoup de mariages et n’aurait donc pas été disponible pour nous suivre.

 

Choix des tenues pour un shooting

D’habitude je ne me prends pas trop la tête sur les tenues, j’ai une vague idée de ce que je veux (hiver ou été, classique ou pas, accessoires ou pas etc..) puis je demande à la modèle de venir avec certaines tenues si elle a, j’en apporte également. À nous deux ça fait toujours l’affaire.

En général on fait appel à un(e) styliste pour les shootings. Sauf que là encore, le budget serré ne nous permettait pas de le faire. De plus, je m’associais à Marielle qui confectionne des tenues et qui a quand même l’oeil pour bien associer ses vêtements.

Cette fois-ci, l’intérêt pour Marielle et moi était de mutualiser nos savoir-faire. Elle prenait cette occasion pour proposer des vêtements moins cérémoniaux avec de beaux bijoux, puis moi ça me faisait de très belles tenues pour orienter mes gammes de produits. J’y ai ajouté des tenues personnelles pour trancher un peu dans les couleurs et donner un caractère différent selon les pièces à photographier.

Bonus, une personne qui va filmer les coulisses du shooting

Ce n’est pas une obligation mais j’avais envie d’avoir avec nous une personne qui se chargerait de prendre des photos et vidéos des coulisses pour pouvoir alimenter nos réseaux. Ainsi nous ne nous préoccuperions pas de cet aspect là. Cette personne peut être une professionnelle ou pas, du moment que le résultat est à la hauteur de vos attentes. Si elle n’est pas pro, il faut quand même lui faire suffisamment confiance, du moins en ses talents de photographe, pour que vos contenus soient plus sympas à visualiser. 😉

Pour ma part, une connaissance qui est un vrai “couteau suisse” (photos, vidéos, montage vidéo) a réussi a capturer quelques belles images et faire de jolies vidéos.

Une fois tout ce monde réuni et ok pour bosser ensemble, on n’oublie pas de bien rédiger les contrats et les signer 😉

 

 

Décider de la date du shooting et prier

Pourquoi prier? tout simplement pour que tout se passe comme nous l’avions prévu! Surtout en extérieur, sans solution de repli en cas de tempête par exemple.

Eh oui déjà que ce n’est pas évident à organiser si en plus des éléments perturbateurs s’en mêlent ça peut être la cata. Nous avions scruté la météo, seul le vent pouvait nous gêner ce jour là. Nous avons eu des rafales à 40km/h mais heureusement pas durant tout le shooting. Puis au final c’était pas trop mal non plus car nous avons pu faire de jolis plans robes et foulard au vent.

 

Shooting J-1

Étant une fille plutôt organisée quand il le faut, J-1 tout était déjà prêt.

Tenues repassées, accessoires, épingles à cheveux, bijoux et vêtement classés selon l’ordre de passage -oui c’est mieux quand il y a un ordre de passage-. Plus vous organiserez tout ça en amont, mieux vous vous sentirez durant la séance et les choses se déroulent en général plutôt bien.

Les semaines et jours avant le jour J, tout ce qui vous passe par la tête et qui pourrait vous être utile: prenez! nous avions même prévu un rouleau de papier toilette, puisque nous allions passer la journée en pleine nature IL FAUT TOUT PRÉVOIR.

Faites des listes, prenez des notes de tout ce à quoi vous pensez: une idée de cadrage, prendre en photo le décors, un détail à valoriser, un pull ou une couverture au cas où il ferait froid… la pire chose qui m’est arrivée a été de me souvenir 2 jours après la séance, d’un cadrage photo que je voulais vraiment faire et que je regrette encore des fois.

Pensez à la collation, aux boissons, un déjeuner ou un goûter pour requinquer les troupes, ça demande beaucoup d’énergie tout ça alors pour ne pas tourner de l’oeil c’est essentiel.

 

 

Jour du shooting

On essaie de se relaxer, relativiser et accepter les imprévus pour mieux s’adapter! L’essentiel est aussi de passer un bon moment ensemble. La séance passe à la vitesse grand V, si vous êtes bien organisé(e) en général ça va comme sur des roulettes.

En général je cours dans tous les sens, ça fuse dans ma tête, je suis partout à la fois! Je m’assure que tout le monde s’hydrate, je check surtout que les bijoux sont bien mis en valeur, bien orientés pour la photo. Je discute avec la photographe pour vérifier qu’elle a bien insisté sur certains cadrages, détails et autres.

Il y a une chose importante et parfois difficile à accepter en tant que créatrice qui gère tout, toute seule et un peu control freak sur les bords (on ne se refait pas hein!) c’est de savoir faire confiance à notre photographe. On l’a choisi(e) pour son talent et son savoir-faire, donc en principe tout va bien aller!

Parfois ça me démange de regarder par dessus son épaule, pour z’yeuter trèèèès discrètement l’écran de son appareil photo et voir si tout est conforme. Certains professionnels détestent que l’on fasse ça et d’autres montrent volontiers quand ils ne sont pas trop concentrés sur l’action. Je comprends tellement que ça les agace, ça me ferait pareil! mais quel supplice de ne pas voir le résultat en direct!!!

Le mieux reste quand même de prendre le temps d’en discuter avec eux, de savoir comment ils aiment travailler, leur demander si ils peuvent parfois nous montrer histoire d’être sur la même longueur d’ondes.

Pour l’anecdote, lors d’un shooting dans un lieu interdit aux photos, nous avons dû nous organiser pour être discrètes. J’ai dû rester dans un recoin pour garder les affaires et laisser partir la photographe et la modèle en vadrouille pour ne pas se faire repérer. À chaque nouvelle tenue, elles partaient 15 min faire les photos puis revenaient une fois le look fini pour se changer.

Je peux vous assurer qu’à chaque cession de 15 minutes où elles disparaissaient, je trépignais d’impatience et d’angoisse car je n’avais plus aucun contrôle sur le shooting et son potentiel rendu. Mais je peux aussi vous assurer que j’adore encore les photos finales, le rendu est génial! (visualisez-les ici et )

Et ensuite…

Il n’y a plus qu’à croiser les doigts pour que les photos nous plaisent!

Bon, si vous avez choisi les pros avec qui vous vouliez travailler, le résultat vous plaira forcément. C’est quelques fois difficile, mais il ne faut pas hésiter à demander à votre photographe de retoucher quelques petits détails qui pourraient vous gêner (comme un bouton qui se voit tant qu’il éclipse votre bijou) ou lui dire lorsque le traitement de la photo ne vous convient pas vraiment (un filtre trop sombre, une couleur dénaturée…). Après tout, c’est quand même vous qui payez.

 

Voilà, je vous ai livré mon vécu sur la préparation d’un shooting produits. Bien entendu ce récit est purement subjectif, il décrit ma propre expérience uniquement et ne saurait remplacer un travail et l’accompagnement de vrais professionnels.

J’avoue que le résultat me plaît bien, alors c’est que nous avons pas trop mal bossé! 😉

 

À bientôt pour de nouveaux articles sur le blog!

 

Vidéo du making off:

unfold bijoux logo

Conciliant une approche expérimentatrice et un savoir-faire artisanal,  les collections sont imaginées et fabriquées à la main en France.
Les bijoux minimalistes et délicats que je crée pour vous font écho à la sensibilité et la force de la femme.

Contact rapide

info@unfoldbijoux.com

Venez me rendre visite dans mon atelier, uniquement sur RDV:

à La Station, Montpellier

X