fbpx

Processus créatif

Vous êtes-vous déjà demandé comment ça se passe dans la tête d’un créatif?

Aujourd’hui je vous parle du processus créatif. Incapable moi-même de décrire exactement ce qu’il se passe dans ma tête, je vais tenter de vous faire part de mes quelques recherches puis de la façon dont une idée prend forme dans mon esprit et se concrétise.

Qu’est-ce que la créativité?

Définition: “La créativité est la capacité à transcender les façons traditionnelles de penser ou d’agir, et à développer de nouvelles idées, méthodes ou objets.

Autrement dit, la créativité est donc une compétence (innée ou qui peut se développer) qui permet de dépasser les limites de ce qui existe déjà pour créer quelque chose nouveau.

 

Un peu d’histoire

Dans de nombreuses cultures anciennes, les idées ou inventions que l’on attribuait à un individu étaient nommées des “découvertes”. Même les oeuvres d’art étaient considérées comme une imitation de la nature et non pas comme une forme de création.

Au Moyen-Âge, les idées créatives étaient perçues comme des inspirations divines, et si vous étiez à l’origine d’un truc génial, c’était Dieu qu’il fallait remercier d’avoir fait naître une telle idée en vous.

C’est au siècle des lumières que l’on commence à reconnaître la responsabilité des individus, bien que cela reste encore limité à l’imagination et à l’intelligence (qui font toutes deux partie de la définition moderne de la créativité, bien que s’en différenciant).

Il faudra attendre les années 1920 pour voir émerger le concept de créativité, plus ou moins comme nous le connaissons aujourd’hui. La naissance de la psychologie à la fin du 19e siècle a poussé les cultures occidentales à se concentrer sur l’individu, la personnalité, et les capacités uniques de chacun.

La créativité en tant qu’aptitude ou trait de caractère est devenue populaire avec le livre de Graham Wallas L’Art de penser. Dans cet ouvrage, l’auteur présente un modèle pour illustrer la manière dont les hommes abordent les problèmes et font preuve de créativité.

C’est ainsi que le concept de créativité est né. Depuis, la psychologie et les sciences humaines en général ont continué de le développer, jusqu’à aboutir à l’idée que nous en avons de nos jours.

Tout est une question de réseau dans notre cerveau

Nous savons donc que la créativité est une aptitude qui nous permet de développer de nouvelles idées. Mais c’est toujours très vague comme définition ! Un peu comme si l’on disait que nager était la capacité à ne pas se noyer… Bien que ce soit techniquement vrai, cette définition ne suffit pas forcément à saisir le concept, voire à acquérir la compétence.

Toutes nos compétences naissent d’abord dans notre cerveau, qu’elles soient concrètes (apprendre à nager) ou abstraite (faire du calcul mental). Ce sont d’abord les neurones qui vont s’activer dans une partie spécifique de notre cerveau encore et encore pour que ce que nous faisons devienne une seconde nature.

La créativité est la capacité à transcender les manières traditionnelles de penser et à trouver de nouvelles idées. Mais d’où viennent ces nouvelles idées, au juste ?

Certaines parties de notre cerveau ont des fonctions spécifiques. Mais ce sont les connexions entre les différentes zones ainsi que les réseaux qui en découlent qui sont à l’origine des fonctions cognitives.

Ce que la science indique clairement, c’est que les personnes créatives sont complexes et contradictoires. Leurs processus créatifs ont tendance à être chaotiques et non linéaires, ce qui semble refléter ce qui se passe dans leur cerveau. Contrairement au « mythe du cerveau droit » (une croyance populaire disant qu’un artiste serait ainsi plutôt « cerveau droit », alors qu’une personne plus carrée serait « cerveau gauche »), la créativité n’implique pas seulement une seule région du cerveau, ou même un seul côté du cerveau.

Au contraire, le processus créatif fait appel à l’ensemble du cerveau. C’est une interaction dynamique entre de nombreuses régions du cerveau, de styles de pensée, d’émotions et de systèmes de traitement, conscients et inconscients, qui se rencontrent de manières inhabituelles et inattendues.

En ce qui concerne la créativité, les chercheurs en neurosciences ont identifié trois grands réseaux :

  1. Le réseau d’attention exécutive vous aide à prêter attention et à vous concentrer
  2. Le réseau de l’imagination vous permet de rêver un peu ou de vous imaginer dans la peau de quelqu’un d’autre
  3. Le réseau de saillance vous permet d’identifier quand les choses que vous avez enfouies au fond de votre cerveau deviennent saillantes dans le monde qui vous entoure (par exemple, vous remarquez une plante lors d’une promenade. Elle vous semble familière et vous réalisez rapidement qu’il s’agit d’une plante vénéneuse! Vous vous évitez ainsi un bel urticaire).

Donc pour en revenir à notre question initiale, “qu’est-ce que la créativité ?” : la créativité est la compétence qui permet de comprendre le monde qui nous entoure, de relier ces observations à notre réservoir de connaissances, et d’imaginer de nouvelles façons d’appliquer ces connaissances.

 

Les 4 étapes du processus créatif

Selon un modèle populaire du processus créatif élaboré dans les années 20, il y aurait 4 étapes* : la préparation, l’incubation, l’illumination et la vérification.

La préparation est l’étape qui sert à collecter les infos, s’inspirer. L’incubation c’est le moment où les informations collectées infusent dans l’esprit. L’illumination est l’étape durant laquelle les idées surgissent des couches profondes de l’esprit et font irruption dans le conscient et ce, souvent de manière spectaculaire. Enfin, pendant la vérification les idées se développent et se concrétisent.

À l’école d’arts appliqués, nous devions faire des recherches pour préparer un projet et nous étions donc notés sur la qualité de notre cheminement créatif. Mon gros problème à ce moment là était que je ne savais pas comment faire des recherches. On ne nous apprenais pas à les faire, ou si c’était le cas, je ne comprenais pas. Je voyais mes camarades partir dans des expérimentations, remplir des carnets entiers de recherches, de croquis etc. C’était riche, plein de couleurs, plein de matières, à mesure que ça foisonnait chez eux ma frustration grandissait.

Je me sentais incapable de produire autant qu’eux. Je ne comprenais même pas comment ça pouvait être possible! je me retrouvais en rendu avec trois pauvres dessins, quelques recherches de matières… autant vous dire que je ne me sentais pas toujours à ma place.

 

Maintenant c’est assez différent car j’ai fini par comprendre -très tard- que ces 4 étapes se mélangent et se déroulent de manière interne chez moi.

Mise en application de ce processus

Par exemple, pour la prochaine collection Linea, j’avais envie de travailler sur des formes abstraites et plutôt géométriques. J’ai donc feuilleté quelques livres sur les artistes et peintres abstraits tout en faisant des croquis de recherches et d’idées qui me venaient spontanément, j’ai cherché des définitions, des mots, des écrits en rapport avec le sujet. J’ai pas mal arpenté le net pour trouver de la matière qui pourrait nourrir mon esprit. Pas d’image découpée dans un magazine, pas d’échantillons, pas de panneau d’inspiration… toutes les infos étaient collectées en vrac dans ma tête.

Puis le vide, plus rien.

Avec toutes ces images et ces mots en tête, j’espérais que l’idée géniale de la collection surgisse mais ça n’a pas été le cas. J’avais beau essayer de presser mon esprit de trouver quelque chose ou de creuser dans ma mémoire, impossible d’en sortir quoi que ce soit.

L’Or de l’azur, Joan Miró

Je sentais que quelque chose commençait à germer dans mon esprit, un début d’idée qui passe, insaisissable comme le mot sur le bout de la langue. J’échange avec des collègues artistes et une image émerge: l’étoile de Miro est apparue comme une évidence. L’étape d’incubation ou d’illumination?

Puis, à partir cette étoile je reprends des recherches plus orientées. Cela commence alors à être intéressant et stimulant, je re-feuillète les mêmes livres, arpente à nouveau le net et relève scrupuleusement chaque détail car je cherche ce qui me servira vraiment d’inspiration pour ma collection. Ça foisonne dans mon esprit, c’est comme si j’étais prise dans un élan où les idées fusent.

Assez intériorisé, je dois passer aux recherches avec le métal.

Toujours avec cette étoile en tête j’essaie de la reproduire avec les principes extraits de mes recherches. Elle doit être délicate, fine et comme si je l’avais tracée à main levée. Mais comment reproduire cet effet avec du métal? tests après tests, j’obtiens un objet dont le processus de fabrication peut être réutilisé pour les autres bijoux de la collection!

Une nouvelle étape d’illumination? Peut-être car ça bouillonne à nouveau, je sens que l’idée prend forme et donne naissance à d’autre idées, qui vont m’emmener vers de nouvelles créations. Ce moment est génial car j’ai crée et crée sans m’arrêter ni réfléchir. Après un temps de vide interminable, je devenais hyper productive.

Pour finir, je m’assure que le bijou est facilement reproductible, qu’il est aux bonnes dimensions et l’améliore si besoin. Serait-ce l’étape de vérification? Quoi qu’il en soit, ces étapes se mélangent clairement dans mon processus créatif, c’est aussi chaotique et douloureux que puissant et exaltant!

 

Pour tout vous dire, je m’étais laissé 4 mois pour créer la collection mais tout ce processus créatif a mis seulement 3 semaines à aboutir, donc dans l’urgence! Durant 3 mois mon esprit a désespérément erré à la recherche du moindre indice inspirant, RIEN ne venait. Il a fallu que l’on fixe une date avec la photographe pour que mon cerveau se réveille. Alors en 1 semaine la collection a vu le jour! Bon, il faut dire que je suis bien plus efficace sous la pression.

Je finis par croire que ces 3 mois étaient peut-être la vraie préparation: celle de mon esprit embrouillé qui cherchait à se vider pour accueillir une nouvelle idée… comme si ce temps de lutte interne était nécessaire.

Pour illustrer ce processus, je partage avec vous la superbe vidéo réalisée par le studio Pluto, ça vous aidera peut-être à comprendre un peu mieux.

 

*Si vous voulez en savoir un peu plus sur les 4 étapes du processus créatif, je vous invite à lire cet article très bien rédigé par Carolyn Gregoire, écrivaine et consultante créative.

"Process" Production Company: Pluto

unfold bijoux logo

Conciliant une approche expérimentatrice et un savoir-faire artisanal,  les collections sont imaginées et fabriquées à la main en France.
Les bijoux minimalistes et délicats que je crée pour vous font écho à la sensibilité et la force de la femme.

Contact rapide

info@unfoldbijoux.com

Venez me rendre visite dans mon atelier, uniquement sur RDV:

à La Station, Montpellier

X